0.5‰

Infos

0.5‰

"L’alcool est un produit très nécessaire...Il permet au Parlement de prendre à onze heures du soir des décisions qu’aucun homme sensé ne prendrait à onze heures du matin." George Bernard Shaw

En 2005, une loi limitait en Suisse le niveau d’alcoolémie autorisé au volant à 0,5‰.


  • Durée env. 30 min

    Chorégraphie Guilherme Botelho, en collaboration avec les danseurs

    Musique Andrès Garcia

    Costumes Amandine Rutschmann

    Interpretation (à la création)
    Gilles Baron, Fabio Bergamaschi, Guilherme Botelho, Caroline de Cornière, Anne Delahaye, Sofia Dias, Corinne Rochet, Vitor Roriz.


    Production Alias

    Soutiens

    Alias est compagnie associée au Théâtre Forum Meyrin et au Théâtre du Crochetan. Alias bénéficie d’un soutien de contrat conjoint triennal avec la Ville de Genève, le Canton de Genève, Pro Helvetia et la Ville de Meyrin.

  • En réponse à cette loi, Guilherme Botelho propose avec humour la pièce courte 0,5‰. La pièce ne cherche pas à questionner la nécessité de limiter la consommation d’alcool au volant mais vise plutôt à s’élever contre une définition unique et contrôlée du plaisir par le politiquement correct. Une définition qui oublie de prendre en considération toute forme d’extase et qui semble avoir peur de toute forme de perte de contrôle.

    Dans cette pièce, les danseurs sont alignés, assis sur scène. La musique est mixée en direct sur scène par Andrès Garcia, fidèle complice de Guilherme Botelho depuis de nombreuses années. On sert un verre de vin à chaque danseur, puis le premier danseur se lève, se présente au centre de la scène. Il prend alors une position fixée d’avance et entame une chorégraphie improvisée dans laquelle le déséquilibre et la maîtrise du mouvement restent les contraintes principales et imposées. Après son intervention, le danseur se met en retrait. Un verre de vin est servi aux danseurs restants puis le second danseur se présente afin d’effectuer une improvisation, toujours avec ces mêmes contraintes strictes. Puis il se retire. Le spectacle se poursuit ainsi jusqu’à ce que tous les danseurs aient dansé.

    Il va de soi que la maîtrise des danseurs est de plus en plus mise en difficulté au fur et à mesure de la pièce. Cependant, le but n’est pas de (sur)jouer l’ébriété, ni de s’en servir pour souligner une situation. Il s’agit, au contraire, de conserver un maximum de maîtrise du corps et du mouvement en cherchant les limites de la perte de contrôle -malgré la volonté de maîtrise du corps puis de lutter contre pour rester maître de soi et de la situation.